Rephrased, Relocated, Repainted: visual anachronism as a narrative device

Gyöngyvér Horváth

Abstract


Abstract (E): When Carlo Crivelli placed the scene of The Annunciation (1486, National Gallery, London) in the Renaissance town of Ascoli, dressed the humbled Mary in the latest fashion, and included the intervening Saint Emidius, the patron saint of the city, he created a visual analogy of what Aelred of Rievaulx, a Cistercian monk had advised to his readers three centuries earlier: “First enter the room of blessed Mary (…) wait there for the arrival of the angel, so that you may see him as he comes in, hear him as he utters his greeting, and so, filled with amazement and rapt out of yourself, greet your most sweet Lady together with the angel.” Both the painting, with its updated 15th century stage, and the text, with the appeal to join, created the atmosphere of presentness in order to encourage active participation in the biblical event. Crivelli’s ahistorical rendering of the story uses multiplied temporal and diegetic levels, and can be best described by the phenomenon of visual anachronism, an effective narrative strategy still used by such contemporary artists as Cindy Sherman or Adi Nes. This essay will examine the phenomenon of visual anachronism and its role in narrative understanding. This text will argue that there is a difference in the narrative perception between the ‘that-time’ and the present-day viewer, and in both cases it depends on the beholder’s time experience.

 

Abstract (F): Lorsque Crivelli situait son Annonciation (1486, National Gallery, Londres) dans le paysage contemporain de la ville d'Ascoli, représentait la Vierge dans des habits d'époque et donnait une place à l'intervention de Saint Emidius, le patron de la ville, il créait l'équivalent visuel de ce que le moine cistercien, Aelred de Rievaulx, avait conseillé de faire à ses lecteurs trois siècles plus tôt: "Entrez d'abord dans la chambre de la Vierge bénie (...), attendez l'arrivée de l'ange pour que vous le voyiez au moment de son entrée, écoutez-le quand il prononce son salut, puis, émerveillé et comme sorti de vous-même, saluez votre douce Mère en même temps que l'ange." Tant le tableau, avec son décor moderne du 15e siècle, que le texte, qui invite à se joindre à l'événement, suscitent une atmosphère de présence qui encourage une participation active à l'événement biblique. Crivelli opte pour une représentation modernisée de l'histoire qui s'appuie sur une multiplicité de niveaux temporels et diégétiques et que l'on peut fort bien décrire à l'aide du concept d'anachronisme visuel, une stratégie narrative très efficace qu'utilisent toujours des artistes contemporains comme Cindy Sherman ou Adi Nes. Cet article se propose d'analyser le phénomène de l'anachronisme visuel et son rôle dans la compréhension du récit. Il voudrait démontrer qu'il existe une différence dans la perception narrative de "ce temps-là" et le spectateur contemporain, et que dans les deux cas la différence s'explique par la manière dont le spectateur concerné vit le temps.


Full Text:

PDF


Online Magazine of the Visual Narrative - ISSN 1780-678X